Ad-Exchange, analyses et expertise technique AdTech et MarTech
Ad verification Adexchange Fraude Non classé Programmatique

Infographie : des bons conseils pour bien se lancer dans le « Ad Farming »

Partager sur Linkedin

FraudIl y a un sérieux problème avec la publicité en ligne : la fraude. Depuis quelques semaines nous avons accordé une vingtaine d’articles et interviews avec les experts du sujet. Pourquoi ? Car c’est trop facile pour n’importe quel éditeur d’acheter du trafic « frauduleux » et ensuite de le revendre via des ad networks ou les ad exchanges. Il y a quelques mois nous avons repris le test opéré par Jack Marshall, un journaliste américain du site Digiday qui avait lancé une expérience dans la vie réelle de lancer un ad farm qui était capable de générer 30% de marge. L’infographie ci-dessous en reprend les grand principes et montre la facilité pour se lancer… un véritable jeu d’enfant. N’importe qui peut se lancer, pourquoi pas vous ? Pourquoi pas nous ?

 

Pierre Berendes


AdFarming

Laisser un commentaire

2 questions déja posées

  1. Avatar

    c’est pour cette raison que de plus en plus de publishers opte pour une plate forme autogérée d’affilier et préféreront payer chaque acquisition.

    les adservers étant complices, volontaires ou non, de cette mascarade.

    une seule chose compte à la fin du mois: conversion rate.

  2. Avatar

    C’est marrant. c’est un peu l’arroseur arrosé cette histoire.

    En effet, si je comprends bien la faille viens du fait que le RTB est facturé au CPM d’une part combiné au fait que ce sont des transactions robotisés devenues du coup difficile à contrôler(appelé programmatique pour faire plus classe, le terme robot faisant peur)

    Dans le display classique, une agence négociait avec un éditeur directement des volumes et pouvait avoir un vrai contrôle sur le lui (et voir immédiatement que c’est un fake)

    Donc au final l’annonceur devient l’arroseur arrosé car il utilise des robots pour essayer de payer au final moins cher les pubs en espérant augmenter la qualité de sa cible mais se fait avoir par d’autres robots !

    Cela devient la guerre des étoiles entre robots cette histoire … et cela n’est pas prêt de s’arrêter car les « méchants » robots fraudeurs auront toujours une longueurs d’avance sur les « gentils » qui bid pour l’annonceur.