The Place to Bid propose le yield holistique

décembre 23, 2015

The place to bid -open

Preuve que la notion de yield holistique n’est plus un tabou pour personne, on apprend que The Place to Bid adopte une solution proposée par Rubicon Project afin de mettre en concurrence les revenus programmatiques et les ventes directes et garanties de la régie.

La place de marché privative de la régie Adverline (groupe Mediapost Communication) se servait déjà de la plateforme supply side de Rubicon depuis deux ans pour proposer en programmatique et aux enchères en temps réel (RTB) l’inventaire de 70 marques, dont latribune.fr, societe.com, laposte.fr, promovacances.com ou logic-immo.com.

Avec l’API Exchange de Rubicon Project, The Place to Bid va intégrer son adserver propriétaire Adnext à la plateforme supply side de Rubicon pour que la gestion de l’ensemble de manière holistique soit possible.Rubicon_Schéma

«Nous sommes fiers d’être une des premières places de marché privées à proposer un véritable yield holistique car cette innovation présente un double bénéfice : les acheteurs ont accès aux meilleures impressions en faisant valoir le principe de l’offre et de la demande et les revenus de nos éditeurs augmentent très significativement », déclare le directeur de The Place to Bid, Philippe Framezelle.

Un peu de mémoire

Il est intéressant de voir qu’aujourd’hui la mise en concurrence entre inventaires proposés « en direct » avec des prix donc préétablis et ceux ouverts aux enchères se pratique de plus en plus.

Au démarrage du programmatique en France, vers 2010, 2011, les éditeurs premium n’offraient aux places de marché que leur part d’inventaire invendu. Il n’était alors pas possible de penser à toucher à l’inventaire dit direct, sacré, et dont on craignait que la valeur ne s’effondre sur les ad exchanges naissants.

En 2013, et surtout en 2014, la situation a radicalement changé : l’offre d’environnements qualitatifs rassurant les annonceurs, grâce à la création des places de marché privatives dès fin 2012, comme La Place Media et Audience Square, la demande augmentait, tirant vers le haut les CPM. On commençait à ce moment-là à projeter la possibilité d’un jour tout mettre en concurrence pour maximiser les revenus.

 

LUL

 

(Images: The Place to Bid et Rubicon Project.)

Partager sur :
  • 33
    Partages