Ad-Exchange, analyses et expertise technique AdTech et MarTech
Ad verification Fraude Mobile

Mobile : la mauvaise expérience publicitaire des réseaux frauduleux

Partager sur Linkedin

mobile_tracking_thumb

Vous disiez expérience utilisateur sur le mobile ? Devenue mot clé privilégié de l’industrie de la publicité en ligne ces temps-ci, suite à l’avalanche de l’adoption d’ad blockers, l’expérience utilisateur est cependant de moins en moins confortable sur le mobile, avec les « mauvaises publicités » qui envahissent les écrans, en même temps que les campagnes légitimes.

De nombreuses tactiques de fraude qui pullulaient auparavant lors de la navigation sur PC sont désormais présentes sur mobile, avec des spams, des pubs, des liens « cachés » qui nous forcent à aller là où nous n’avions aucune intention d’atterrir.

La faute à qui ? Il semblerait qu’elle revient aux réseaux publicitaires, d’affiliation et même aux ad exchanges peu regardants sur ceux qui viennent y placer leur « mauvaise créa » pour détourner les mobinautes ou forcer des clics vers des espaces frauduleux. Sur la pression des marketeurs et face au mirage des recettes publicitaires, ces acteurs se concentreraient trop sur les résultats et le volume, et ne prendraient pas assez de mesures pour se prémunir contre la fraude.

En deux mots, plus les éditeurs font appel à des tiers pour les aider à monétiser leur site, plus ils s’exposent aux risques de tomber dans les griffes d’arnaqueurs qui se servent des réseaux légitimes ou qui en bâtissent de toutes pièces pour tromper les gens. Il faudrait donc privilégier ceux qui affichent et adoptent des mesures de prévention de la fraude et de suivi de qualité avérées.

Plus de détails ici.

 

LUL

Laisser un commentaire

1 question déjà posée

  1. Avatar

    À tous ces aimables consommateurs de contenus qui n’utilisent aucun logiciel anti-pub, j’ai une petite pensée pour eux lorsque leur navigateur télécharge spontanément des malwares/ransomwares (maladvertising) lorsqu’ils visitent des sites parfaitement légitimes.

    La technologie tellement bien faite pour véhiculer du contenu ciblé peut aussi devenir diabolique. Les “pauvres” consommateurs se font prendre en otage par simple visite d’un site, sans clic ni rien. S’il leur est déconseillé d’utiliser un bloqueur de pub, que doivent-ils faire ? On a bien compris que les ad exchanges s’en fichent royalement. La tune d’abord. Si les gentils consommateurs se font chiffrer leur disque dur par simple visite d’un site parfaitement légitime, c’est leur problème, n’est-ce pas ?