Podcasts : plus d’annonceurs intéressés, mais encore complexe à mesurer

septembre 30, 2016

Radio

Alors que l’Interactive Advertising Bureau (IAB) se penche sur les moyens de monétiser et de mesurer plus efficacement l’impact des publicités diffusées au sein d’archives de type podcast, en publiant des orientations sur le sujet, une enquête menée aux États-Unis démontre que les annonceurs sont plus nombreux à s’y intéresser.

Selon l’étude menée par Advertiser Perceptions, le nombre d’annonceurs investissant dans ce canal a augmenté en six mois, tout comme la quantité de ceux qui comptent le faire dans les mois à venir. De plus, ils sont une majorité à l’envisager potentiellement.

De par les caractéristiques techniques du podcast et de la manière dont il est diffusé, qu’il soit téléchargé ou écouté alors que l’on est connecté, il offre plus des limitations à la captation et à l’analyse des données sur sa diffusion. Aussi, la manière de monétiser ces fichiers varie, certains éditeurs privilégiant le modèle classique de la publicité fixe, d’autres au contraire permettant une monétisation dynamique, ciblée et personnalisée selon le profil de celui qui télécharge le fichier. La manière de l’écouter est aussi diverse, puisque l’on peut être connecté ou pas.

Face à un nombre croissant d’adeptes du podcasting, l’IAB n’hésite pas à qualifier de complexe cet environnement, qui appelle à une plus importante standardisation.

L’« IAB Podcast Ad Metrics Guidelines » a pour objectif de « améliorer les standards et accroître la confiance des acheteurs grâce à la standardisation de la manière dont on mesure l’écoute des publicités, en ligne et offline, offrant aux annonceurs une plus importante proximité avec les données extrapolées sur d’autres médias ». Le premier défi pour les publishers est justement de trouver des critères qui servent à mesurer de manière équitable tout podcast.

Si le podcast est un canal difficile à maîtriser pour ce qui est de la mesure de l’impact de la publicité, il n’en reste pas moins qu’il présente deux avantages majeurs : il attire un public jeune et son contenu suscite généralement plus l’attention des auditeurs.

LUL

Partager sur :
  • 4
    Partages