Data et vie privée: le risque de refus des consommateurs est bien réel, d’après étude

juin 22, 2017

Vie privée, tracking.

Les annonceurs et les éditeurs risquent de se voir confrontés à une vague massive de refus de la part des consommateurs au sujet de l’usage de leurs données personnelles au moment de l’entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données dit RGPD (en anglais, General Data Protection Regulation, GDPR). L’affirmation est de l’entreprise Gigya, fournisseur de gestion d’identités clients.

S’il est vrai que Gigya a tout intérêt à promouvoir ses solutions de mise en place d’identification de clients en ligne et par conséquent d’opt-in, il n’en demeure pas moins que tout l’écosystème en ligne est concerné par les changements considérables engendrés par le règlement européen sur la protection de données.

Prévu pour entrer en vigueur en mai 2018, déjà largement abordé sur nos pages, ce texte impose à l’industrie des procédures qui garantissent aux consommateurs l’exercice de leur droit de décider s’ils donnent ou non leur consentement à l’utilisation de leurs données personnelles, y compris les identifiants digitaux et les cookies.

Gigya a commandé une étude au cabinet britannique Arlington Research qui révèle que 66 % des consommateurs s’inquiètent de la sécurité de leurs données personnelles « et du risque de compromission au travers des nouveaux gadgets connectés, tels que les montres, trackers d’activité et autres dispositifs pour la maison comme l’assistant intelligent Amazon Echo ».

Richard Lack, directeur général EMEA de Gigya, déclare que le règlement européen obligera les marques à instaurer pour la première fois une procédure de consentement des consommateurs (opt-in), pour accéder à leurs données et promet de changer radicalement la façon dont les informations personnelles identifiables seront définies.

LUL

(Images: Shutterstock.)

Partager sur :
  • 26
    Partages