Ciblage : des segments reliés et payants sont souvent négligés par les marketeurs (étude)

mars 18, 2016

Marketingweek_étude_open

Saviez-vous que les acheteurs d’appareils photo numériques sont 17 fois plus susceptibles de consommer des accessoires pour bébés ? De même, les acheteurs de meubles pour bébé sont 15 fois plus enclins à acquérir un appareil photo numérique dans les six mois !

Les marketeurs se trompent lorsqu’ils ne ciblent pas certaines catégories d’acheteurs qui peuvent paraître a priori sans lien direct avec leurs propres créneaux. Une étude publiée par Marketing Week cherche à démontrer que les marques souhaitant optimiser leurs dépenses publicitaires en ligne peuvent trouver de nouvelles opportunités en s’intéressant aux données d’achats.

RMarketingweek_étude_2éalisée par Skimlinks, qui s’est servi d’algorithmes pour analyser le comportement de navigation de 1,4 milliards d’utilisateurs sur son réseau publicitaire, l’étude part du principe qu’aucun achat ne se fait de manière isolée et que des sous-secteurs sont reliés entre eux.

Cela paraît logique, ces données n’étant que le reflet du comportement moyen des gens dans des situations clés de la vie. Mais pas tout à fait : dans de nombreux exemples présentés par Marketing Week le lien est loin de paraître évident.

Par exemple, l’étude révèle que les femmes achetant des chaussures sont 25% plus susceptibles que les hommes d’acheter des sous-vêtements pour leurs compagnons. Et que les personnes achetant des lingeries et des pyjamas sont 5 fois plus enclines que la moyenne à consommer du chocolat !

De nombreux exemples curieux et drôles sont donnés sur ce lien.

LUL

 

 

Partager sur :
  • 8
    Partages