Le casse-tête iOS 11

septembre 21, 2017

Briques

Apple ne semble pas intimidé par la lettre que l’industrie de la publicité en ligne lui a adressée contestant la mise en place d’une nouvelle fonctionnalité sur iOS 11 (et sur la dernière mise à jour de macOS High Sierra), qui limite, voire réduit drastiquement, la capacité des annonceurs à suivre la navigation des consommateurs sur le web, dans le but de leur présenter des publicités personnalisées.

Safari empêchait déjà les cookies tiers (n’appartenant pas au site que l’on visite) de venir s’installer. Le système d’Apple de « prévention intelligente du tracking » s’attaque désormais aux cookies dits 1st party, notamment lorsque le site n’est pas fréquemment visité par l’utilisateur.

Les GAFA encore une fois privilégiés?

En pratique, si les éditeurs et marques de sites visités fréquemment par les internautes ne seront pas trop impactés – notamment les GAFA – le principe du suivi sur le web pour tous les autres acteurs de l’univers digital le sera sans doute, explique Auren Hoffman, CEO de SafeGraph sur adexchanger  (lire aussi cet article assez détaillé publié par la Columbia Journalism Review sur l’impact de l’IOS 11 pour les médias).

Cette fonctionnalité coupera en effet des annonceurs une partie importante du puzzle qu’ils cherchent à recomposer à partir des différents devices et environnements dans lesquels les utilisateurs circulent à de fins de ciblage publicitaire. Surtout, elle coupera des éditeurs les sources des revenus originaires de tout inventaire venant de Safari. Enfin, elle empêchera ces derniers d’adopter des stratégies de personnalisation de contenu. Ce sont quelques-unes des raisons pour lesquelles l’industrie de la publicité déclare que cette nouvelle fonctionnalité sabote le modèle économique d’internet.

Le raisonnement exposé par Apple sur différentes publications spécialisées dont The Loop en réponse à la lettre signée par six organisations représentatives de l’industrie de la publicité aux États-Unis est le suivant : si l’utilisateur interagit avec une publicité, le tracking est légitime, mais ce dernier cesse de l’être lorsque le suivi des mouvements des internautes sur le web devient une opération par défaut et de surcroît sans qu’ils en soient vraiment conscients. Apple précise que « la fonctionnalité ne bloque pas les publicités ni n’interfère avec le suivi légitime sur les sites sur lesquels les gens ont effectivement cliqué et visité ».

Luciana Uchôa-Lefebvre

(Image: Shutterstock.)