Comment nugg.ad adresse-t-il le marché français de la data ? Interview avec Augustin Decré, Managing Director France

juin 25, 2013

AugustinDecreInterview avec Augustin Decré, Managing Director France de nugg.ad

Comment nugg.ad procède-t-il afin de qualifier l’audience ?

La méthodologie est simple et éprouvée. Nous avons qualifié plus de 1,2 milliards de profils (non dédupliqués) dans plus de 18 pays.

Notre métier est d’identifier en temps réel quel est le profil de l’internaute qui est derrière la page et d’envoyer cette information soit à l’adserver, l’adexchange pour la publicité, soit au CMS pour du contenu rédactionnel.

C’est très simple, nous analysons dans un premier temps la navigation de tous les internautes présents sur un site ou un réseau de sites puis nous sondons une partie de cette audience pour croiser ces deux sources de données afin de pouvoir créer des profils statistiques. Une fois l’audience qualifiée, nous continuons à sonder en permanence les internautes, principalement pour des questions de saisonnalités.

nuggad_new_papers_graphics_privacy_fr3-e21cbc57De quelle façon nugg.ad intègre-t-il le respect des données qui sont collectées ?

nugg.ad a volontairement choisi le niveau le plus exigeant en termes de protection des données. Toutes les données sont anonymisées par une société externe et « pseudonymisées », la durée de vie des cookies est de 26 semaines, nous ne collectons pas l’adresse IP, ni aucune donnée personnelle. Nous avons choisi la certification la plus stricte en Europe : l’«EuroPriSe» (European Privacy Seal), créé à l’initiative de l’ULD (« CNIL » Allemande) et dont 8 autorités européennes sont membres, dont la CNIL en France. Nous sommes aussi l’une des sociétés à l’initiative de «Your Online Choices».  L’objectif est de garantir un maximum de transparence à l’internaute.

Combien de segments arrivez-vous à créer aussi bien sur une approche sociodémographique que de l’intérêt pour un produit ?

Lorsque nous qualifions l’audience d’un partenaire, nous créons pour chaque profil 80 segments répartis en 5 grandes familles : sociodémographie, intérêt produits, intentionnistes, affinités et habitudes de consommation. Cette segmentation très détaillée permet de coller le plus possible aux demandes des annonceurs.  De plus, nous sommes aussi capables de créer des cibles annonceurs sur mesure. Toutes ces variables constituent les profils des internautes que nous envoyons sous forme de prédictions, en temps réel.

nuggad_new_papers_graphics_cs4-29-32e8c736

Comment approchez-vous les DMP ?

Nous créons des Data Management Platform pour les éditeurs et pour les annonceurs. Notre métier est de gérer des données structurées et non structurées. Nous collectons, stockons, segmentons et mettons à disposition les données pour nos partenaires, nous ne sommes qu’un partenaire technologique et nous ne vendons pas et n’achetons pas de data.

Nous avons mis en place l’année passée la DMP du groupe Axel Springer (Data Factor) qui est certainement l’un des plus gros DMP éditeur d’Europe.

Comment avez-vous approché le marché hexagonal ?

Méthodiquement. Nous avons bénéficié du savoir faire et de l’expérience de que nous avons développé sur les autres marchés. Nous sommes arrivés sur le marché français il y a dix huit mois (ouverture du bureau à Paris en mars 2012) et nous nous sommes concentrés sur les publishers. Petit à petit, sans effet d’annonce, nous avons développé notre réseau et nous avons aujourd’hui une vingtaine de partenaires premium qui représentent ensemble environ 80% de couverture : Météo France Régie, StickyAdsTV, BeeAd (eBuzzing), Horyzon Media, Adverline, AdYoulike, La Place Media en RTB ainsi que tous les éditeurs qui composent la place de marché (Figaro Médias, Lagardère Publicité, Amaury Médias, TF1 Publicité, France Télévisions Publicité, Groupe Marie-Claire, 20 Minutes, auféminin.com, La Dépêche du Midi, Doctissimo, Groupe Sud-Ouest et le Groupe La Voix du Nord).

Nous sommes 3 personnes pour le moment.

Ce qui a séduit nos partenaires, c’est d’abord l’approche technique unique de notre solution. C’est la seule solution prédictive du marché. Nous qualifions 100% de l’audience d’un éditeur ou d’une régie avec ses propres données et nous le faisons en temps réel ! Le fait que la protection des données soit au coeur de notre développement séduit aussi nos partenaires. Ne pas collecter les adresses IP paraissait absurde pour certains il y a quelques mois, mais la CNIL et la DGCRF vont dans ce sens et c’est très rassurant pour les acteurs qui nous font confiance.

fr_welovebranding_frDe quelle façon approchez-vous les agences médias ?

Notre relation avec elles évolue. Notre premier objectif est d’évangéliser et de pérenniser nos partenariats (publishers) afin de faciliter le travail des équipes auprès des annonceurs et de leurs agences.

D’un côté comme de l’autre les objectifs sont communs.

Pour les agences mieux cibler permet de maximiser la couverture sur cible et donc d’optimiser le ROI de l’annonceur, du côté du publisher, mieux cibler veut dire meilleure performance de la campagne et – mécaniquement – des CPMs plus élevés. Nous aidons donc les agences à créer gratuitement des cibles annonceurs sur mesure afin qu’ils les achètent sur les réseaux de nos partenaires. Les premières cibles ont été créées et l’objectif est d’avoir entre 150 et 200 cibles pour les marques cette année.

Notre deuxième objectif est de répondre à une demande grandissante sur la création de DMP.

Nous nous servons pour cela de l’expérience que nous avons accumulée au fil des années sur la data et la création de modèles statistiques afin d’aider les agences et les annonceurs dans la gestion de leurs problématiques data, CRM, et média.

nuggad_new_papers_graphics_cs4-25-f894955bQuel est votre modèle économique sur la data ?

Nous nous rémunérons au pourcentage sur les campagnes ciblées vendues par nos partenaires (éditeurs et régies), qui ne vendent pas réellement de la data mais plus de l’audience (média + ciblage).

Pour un site ecommerce, jusqu’ici il n’était possible que de cibler les internautes ayant visité leur site, que se cache-t-il derrière le concept « act a like » ?

Le retargeting permet de toucher un faible pourcentage de la cible potentielle. Ce n’est pas suffisant dans des campagnes plus axées sur le branding. L’une des promesses de notre solution – notamment grâce à la création de cibles annonceur est d’aller chercher les 90 ou 95% des profils qui font partie de la cible mais qui ne se sont pas rendus sur le site de l’annonceur ou de l’e-marchand.

Comment adressez-vous le marché du mobile ?

De la même façon que l’Internet « classique » ! Notre solution est disponible pour les deux univers Mobile (InApp et Internet Mobile). Nous avons signé nos premiers clients « Mobile » en France il y a peu de temps et sommes convaincus que le ciblage peut apporter de la valeur et être un véritable relais de croissance pour ce marché.

Une dernière question : quand est-ce que la technologie de nugg.ad permettra d’intégrer le « crossdevice » en combinant  Web, Mobile et SmartTV ?

Les solutions Web et Mobile fonctionnent très bien et ont déjà démontré leur efficacité, la solution dédiée à l’univers des SmartTV est actuellement en test et les premiers résultats sont plutôt encourageants. Nous sommes actuellement en train de tester une solution permettant de faire le bridge entre ces différents univers, nous devrions arriver à trouver une solution pérenne et stable rapidement.

nuggad_new_papers_graphics_cs4-27-4299d284

Partager sur :
  • 18
    Partages