Ad-Exchange, analyses et expertise technique AdTech et MarTech
Ad verification Adexchange Privacy Programmatique

Gestion du consentement (RGPD) : Google veut limiter les éditeurs à 12 partenaires ad tech

Partager sur Linkedin

Google.

D’après AdExchanger, la solution qu’envisage Google afin d’aider les éditeurs à obtenir le consentement des internautes pour l’utilisation de leurs données personnelles devrait fortement inquiéter les fournisseurs ad tech.

En effet, Funding Choices, à l’origine technologie anti-ad blocking de Google déployée à destination des éditeurs devrait bientôt également faire office de plateforme de gestion de consentement (CMP) dans le cadre du respect de la RGPD et contraindre les éditeurs à ne transmettre les données utilisateurs qu’à un maximum de 12 partenaires ad tech dont Google, des SSP, des exchanges, plug-ins, fournisseurs de technologies de mesure et de données third-party.

Certes, cette technologie de Google ne sera pas imposée aux éditeurs mais pour ceux qui l’utilisent par défaut, les clients DFP ou tout simplement les éditeurs qui souhaitent une mise en conformité simple, efficace, rapide et sans investissement devraient y voir une solution de facilité.

Les fournisseurs ad tech doivent donc anticiper en proposant aux éditeurs des alternatives à la CMP du géant. Grégoire Fremiot, Chief Revenue Officer de mediarithmics, plateforme de Data marketing, commente : « La CMP va être un outil indispensable du Data marketing à l’ère GDPR. mediarithmics travaille depuis plusieurs mois au lancement d’un outil de CMP transparent et ouvert car nous croyons en un marché du Data marketing concurrentiel où chacun peut trouver sa place. Notre projet s’inscrit bien entendu dans le framework défini par l’IAB. Avec nos expertises DMP et DSP d’une part et une forte demande de nos clients européens, nous nous devions de répondre présent. »

N’étant pas intégrée au GDPR Transparency & Consent Framework de l’IAB Europe, Funding Choices pourrait isoler davantage l’écosystème des technologies programmatiques de l’offre et de la demande de Google.

Après avoir demandé aux éditeurs utilisateurs de DFP de lui accorder le statut de contrôleur de données, Google applique aujourd’hui clairement le vieil adage « diviser pour mieux régner » sur le marché de la publicité digitale.

Stéphanie Silo d’après Ad Exchanger

Laisser un commentaire