Tradelab lance son algorithme d’optimisation de la durée publicitaire

octobre 11, 2017

Sablier_temps

Le trading desk français Tradelab annonce le lancement d’un algorithme d’optimisation de la durée de l’exposition publicitaire, qu’il a mis au point avec la participation d’Adloox, solution de vérification de la qualité publicitaire.

« L’annonceur paramètre son objectif de durée d’exposition par utilisateur jugé optimal pour que le message soit effectivement mémorisé – par exemple 30 secondes – puis l’algorithme optimise la diffusion de la publicité pour maximiser le nombre d’utilisateurs exposés à une bannière visible pendant 30 secondes cumulées », explique l’entreprise dans un communiqué. « Une fois cet objectif atteint pour un utilisateur, l’algorithme stoppe la diffusion. »

La demande des annonceurs pour des critères plus rigoureux de visibilité des impressions publicitaires n’est pas nouvelle. Petit à petit, les acheteurs tentent d’imposer au marché leurs propres exigences en matière de qualité média, qui dépassent les standards observés par l’industrie, jugés trop insuffisants.

Compter les impressionsMaîtrise de la pression

Mais avec ce nouvel algorithme, et puisqu’il optimise la diffusion de la publicité pour atteindre le temps d’exposition cumulé souhaité par la marque par utilisateur exposé, ne risque-t-on pas d’avoir une répétition trop importante de ces affichages et donc une pression publicitaire au delà de l’acceptable ? Où entre la notion de capping ?

Pour éviter tout risque de surexposition de ce type, Tradelab explique à ad-exchange.fr que l’algorithme est entièrement paramétrable, y compris donc pour ce qui est du capping: l’annonceur  définit ainsi le seuil de répétition maximum au-delà duquel la publicité n’est plus affichée.

Coût par heure

Avec ce nouvel algorithme baptisé « Brand impact » Tradelab intègre ainsi dans ses campagnes l’indicateur du Coût par Heure (CPH) qui d’ailleurs n’est pas nouveau, beaucoup d’autres éditeurs et marques ayant déjà fait l’expérience, à l’instar du Financial Times, un des précurseurs en la matière.

« Brand Impact apporte deux changements majeurs: d’une part, nous passons du critère de visibilité à celui de durée d’exposition; et d’autre part d’un référentiel impression à une mesure cumulée par utilisateur », déclare Guillaume Valicon, responsable de solutions à Tradelab.

 

Luciana Uchôa-Lefebvre

 

(Image: Shutterstock.)

Partager sur :
  • 3
    Partages