Ad-Exchange, analyses et expertise technique AdTech et MarTech
Vidéo

Publicité contextuelle : comment Adways et Sublime comptent faire de l’InVideo un nouveau standard (itw J. Cazin et M. Rouanet)

Partager sur Linkedin

tablette

Comment cibler et engager efficacement l’internaute sans se focaliser sur la data utilisateur ? Une question autour de laquelle les acteurs de la publicité digitale travaillent actuellement d’arrache-pied dans le but d’offrir au marché des solutions et des formats pragmatiques, adaptés à l’ère cookieless à venir. Suite à l’annonce du partenariat d’Adways, pionnier de l’InVideo Advertising, et de Sublime, spécialiste dans la création d’expériences publicitaires digitales premium et non-intrusives, Ad-exchange interviewe Jacques Cazin (CEO d’Adways) et Marc Rouanet (CRO et Founder de Sublime) afin de comprendre de quelle manière leurs formats InVideo « INKROLL » et « SKINROLL» s’intègrent à ce nouveau contexte et les raisons de cette alliance.

Pourquoi ce rapprochement ?

Jacques Cazin : « Adways est une Adtech reconnue pour son expertise en formats publicitaires innovants. Aujourd’hui, de nombreuses régies utilisent notre studio créatif, sur l’ensemble des devices mobiles, tablettes ou desktop. Fort de cette expertise, nous travaillons depuis plus d’un an à proposer un nouvel espace de communication au cœur des contenus vidéos : l’InVideo Advertising.

Jacques Cazin (Adways) et Marc Rouanet (Sublime)

Conscients de la réalité du marché et de l’investissement très important que demande le lancement d’un nouveau produit, nous nous sommes naturellement tournés vers un acteur majeur du marché qui a démontré une forte volonté de développer l’InVideo en France et à l’international à nos côtés. »

Marc Rouanet : « En parallèle, Sublime a découvert la technologie d’Adways qui correspond parfaitement à notre ADN : non intrusivité, focus expérience utilisateur, et innovation… C’est donc tout naturellement que nous avons compris que l’InVideo était en mesure de s’intégrer à notre offre Video/TV qui est en fort développement depuis un an. »

Quels sont les objectifs de ce partenariat ?

Marc Rouanet : « C’est tout d’abord un partenariat commercial, de commercialisation en France et d’exclusivité à l’international. Nos objectifs sont de déployer l’InVideo très rapidement et d’en faire un nouveau standard, et ce conjointement. »

Jacques Cazin : « J’ajouterai que les performances avérées depuis plus d’un an et la confiance renouvelée des agences nous confortent dans la pertinence de ce produit. Ce partenariat devrait également nous permettre de faire grandir notre Club Éditeurs en France ainsi qu’à l’international et de creuser l’écart avec la concurrence naissante sur ce type de format.
Par ailleurs, nous souhaitons aider les éditeurs à engendrer des revenus supplémentaires. Nous tenons d’ailleurs à remercier nos partenaires éditeurs historiques qui nous ont soutenu dès le début et nous permettent de proposer plus de 150 millions de vidéos par mois. »

M. R : « Le timing de ce partenariat est parfait puisque cela va permettre de proposer au marché de la nouveauté, aussi bien pour les éditeurs que les agences et d’accroître le périmètre de communication des annonceurs dans le champ de la Vidéo. »

Comment répondent vos nouveaux formats aux enjeux liés à la disparition des cookies ?

J. C : « Très vite est apparue la nécessité d’une approche plus « context centric » que « user centric » répondant aux nouvelles exigences réglementaires en vigueur ou à venir. Nous avons vraiment essayé de réconcilier les éditeurs à la recherche de revenus incrémentaux, avec les annonceurs et leurs agences media soucieuses de la performance de leurs campagnes dans des environnements brandsafe, ainsi qu’avec les internautes avides d’une expérience de lecture sans interruption.
Nous avons dans cette optique mis en place deux solutions de ciblage contextuel, cookieless. »

Sur quels éléments se base le ciblage contextuel proposé ?

J. C : « Le premier niveau de contextualisation consiste à faire une analyse sémantique basée sur les métadonnées liées aux contenus vidéos. Celui-ci permet d’assurer la Brandsafety et d’associer l’annonceur à des contextes affinitaires. »

M. R : « C’est exactement l’approche que nous avons sur l’ensemble de nos offres, Display, Video et Interactives : pousser le contextuel pour s’affranchir des cookies en s’appuyant sur de l’analyse sémantique depuis le rachat de Adledge. »

J. C : « Le second niveau, pour lequel Adways a remporté le projet européen H2020, intègre une Intelligence Artificielle qui analyse l’image et le son des vidéos.
Cette technologie nous permet d’hyper-contextualiser les campagnes en prenant la parole au meilleur moment des vidéos. Cette hyper-contextualisation est destinée aux annonceurs souhaitant communiquer en fil rouge. »

Quelle valeur ajoutée apportent les formats parmi les solutions cookieless du marché ?

J. C : « Nos formats InVideo permettent aujourd’hui de combiner non-intrusivité, contextualisation et performances. Comme le disait Marc, Adways, tout comme Sublime, est en effet très sensibles à l’intrusivité et au rejet des internautes lassés par la multiplication des formats interrompant le fil de leur lecture texte ou vidéo. Les formats InVideo n’interrompent jamais la consommation media des vidéonautes. »

M. R : « Par ailleurs, ces nouveaux dispositifs InVideo garantissent des performances supérieures à celles du marché en termes de visibilité, temps d’exposition et CTR, grâce aux conditions de déclenchement mises en place :
– Vérification de l’URL et du contexte de la vidéo pour assurer la brandsafety
– taille et visibilité du player à l’écran
– durée du contenu
Si l’on ajoute la créativité, au cœur de nos métiers, ces nouveaux formats proposent un territoire d’expression et d’interactivité supplémentaire. »

Quelle est l’utilité de ces formats pour les annonceurs ?

M. R : « Nous savons que l’audience TV s’est fortement déportée en ligne. Aujourd’hui, la plupart des personnes vont sur Internet pour regarder des vidéos plutôt que d’allumer leur TV.
Certaines audiences ne sont d’ailleurs plus adressables en TV.
Deux possibilités s’offrent alors aux annonceurs : s’associer à un contenu de qualité produit par les broadcasters et éditeurs de contenus ou s’appuyer sur des contenus UGC (User Generated Content) dont la qualité ne peut pas toujours s’associer à une marque.
Pour suivre cette nouvelle donne l’InVideo est certainement le meilleur format pour toucher ces consommateurs de contenus vidéos, tout en évitant d’être intrusif comme les formats que l’on trouve habituellement et le tout sur un réseau de sites de qualité, c’est à dire reconnus pour leur contenu.

Cette offre est le parfait prolongement de la TV sur Internet, elle permet d’allier la puissance de la couverture et le ciblage des audiences, de s’associer avec le bon contenu tout en y ajoutant de l’interactivité, de la créativité, de la scénarisation créative, le tout disponible en multi-device (Desktop, Mobile et tablette). C’est tout un espace de possibilités qui s’ouvre pour communiquer différemment.

Quels sont vos projets et ambitions dans le cadre de ce partenariat ?

J.C et M. R : « Notre ambition est de faire de l’InVideo un nouveau standard publicitaire aux cotés de l’InStream et de l’OutStream. Nos emplacements sont d’ores et déjà une norme IAB, sous le nom d’In-Stream non-linéaire.
L’InVideo a un potentiel énorme. Nous souhaitons que cette collaboration devienne le leader de l’InVideo, via l’association des forces de Sublime et d’Adways, en France comme à l’international, c’est tout le sens de ce partenariat. Nous sommes prêts ainsi que toutes nos équipes ! »

Propos recueillis par Stéphanie Silo

Laisser un commentaire

Ratecard-Days