Pourquoi Le Monde et Le Figaro lancent leur place de marché privative et n’adhèrent pas à Gravity

juillet 6, 2017

Ils ont décidé de faire à deux plutôt que de rejoindre Gravity, l’alliance de plusieurs médias (voir ici) lancée cette semaine par les groupes Lagardère et Les Echos-Le Parisien: Le Monde et Le Figaro-CCM Benchmark lancent leur propre place de marché privative commune, Skyline. Le but est le même: se renforcer pour réduire l’emprise des intermédiaires entre l’éditeur et l’annonceur.

« Ce sera, nous l’espérons, un moyen d’inverser cette tendance qui voit les annonceurs investir de plus en plus au sein de Google et Facebook car ils ne trouvent pas d’alternative simple et efficace », déclare Marc Feuillée, patron du groupe Figaro, au Journal du Net ce matin.

Alors que tout le marché se pose la question de savoir quel sera l’avenir des places de marché Audience Square et La Place Média, qui proposent les inventaires en programmatique des marques de ces groupes, Louis Dreyfus, patron du Monde, interviewé par le JDN, est très clair: les inventaires proposés par les deux places de marché ne leur seront pas retirés, la création de Skyline ne devrait donc pas les impacter.

Mais pourquoi faire bande à part, ne pas rejoindre l’alliance Gravity ? Interviewés par Nicolas James du JDN, les deux patrons évoquent plusieurs aspects de Gravity qui « posent problème », parmi lesquels: l’ampleur de l’alliance qui rendrait sa gouvernance difficile, la volonté de bien délimiter le cadre d’utilisation des données des abonnées, le fait que les deux groupes Le Figaro et Le Monde sont des « égaux » leur union faisant sens. On ne devrait pas s’attendre à l’ouverture vers d’autres participants pour le moment.

Pas sûr cependant que, divisés, les groupes médias français arrivent à faire face aux géants du net.  Nous l’espérons. L’avenir nous le montrera.

Plus de détails ici.

LUL

Partager sur :
  • 43
    Partages