Vidéo : l’impact concret des méthodes programmatiques, selon P&G

mai 17, 2016

Procter&Gamble_visuel

Lors d’une rencontre organisée récemment par la Fédération américaine de publicité à Cincinatti aux États-Unis, Scott Franzer, alors en passe de devenir directeur associé au groupe Omnicom Media, a indiqué que Procter & Gamble est en train d’obtenir « un ROI de 3 à 5 fois plus important avec l’achat programmatique comparé aux méthodes d’achat traditionnelles », selon ce que rapporte Advertising Age.

Scott Franzer est bien placé pour le dire puisqu’il a accompagné  le groupe dans sa transition vers le programmatique au moment où ces actions étaient menées avec l’aide de Starcom Mediavest.

Televison_Hungarian_ORION_1957Pour mémoire, en 2014, P&G avait publiquement indiqué son objectif de passer en programmatique entre 70% et 75% de tous ses achats média (lire ici). Personne en revanche ne semble pouvoir indiquer si tel objectif a été atteint, même si l’ouverture a été considérable.

Vidéo vs télé, lequel gagne vraiment ?

Scott Franzer cite comme des obstacles à un essor continu du programmatique la rareté d’offre d’inventaire vidéo de courte durée (moins de 15 secondes), l’absence d’un standard pour la visibilité en environnement mobile (même si là des progrès sont en train de s’accomplir et qu’un référentiel sera bientôt publié, lire notre article) et l’absence aussi d’une mesure d’audiences qui soit considérable pour la télé connectée.

En d’autres termes, pour ce qui est de la télé, les dollars de P&G continuent de se diriger davantage vers les canaux traditionnels indique Scott Franzer dans l’article d’AdAge.

 

(Image d’ouverture: P&G.)

Partager sur :