Multi-écrans : YuMe va adapter son offre Video Reach au marché français

mai 28, 2014

242239d0975ede10cf43f89f1a7acef5Le fournisseur de solutions de publicité vidéo numérique YuMe vient de démarrer son 5th Annual Global Research Road Show, qui traversera 8 villes aux Etats-Unis, pour ensuite faire une escale à Paris le 4 juin avant de poursuivre à Madrid, Oslo, Stockholm. Cette année la thématique principale est l’étude que l’ad tech a produite avec Nielsen au sujet du reach et de l’impact du multi-écrans. La démarche de ce road show est de fournir des résultats adaptés à chaque marché, chaque pays. Nous sommes allés interroger le tout nouveau directeur de YuMe en France, Philippe de Passorio, pour en savoir plus.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce que vous avez pu mesurer au sujet du marché français, en attendant le 4 juin ?

En collaboration avec Nielsen, nous avons réalisé une étude approfondie pour mieux comprendre l’utilisation des différents écrans, l’adoption du multi-écrans et le reach généré en France. Tout ce que l’on sait à ce jour sur le reach est lié à la TV et très peu à son extension online.

Cette étude se concentre sur la compréhension des usages des écrans digitaux et les conséquences sur le reach pour les marques. Et pour la première fois, nous allons pouvoir visualiser, explorer et mesurer les implications qu’ont ces nouveaux devices avec un outil de calcul du reach incrémental. Une première en France.

Concernant les Etats-Unis, quelles en sont les principales conclusions ?

Les résultats de l’étude aux Etats-Unis ne sont pas encore publics, mais voici quelques points clefs :

1. Nous pouvons désormais visualiser en temps réel le reach incrémental qu’apporte une campagne vidéo multi-écrans dans le mix TV.

2. La diffusion des vidéos publicitaires sur le multi-écrans permet de réduire la fatigue à la marque.

3. La génération Y est le driver de l’adoption des nouveaux devices.

4. Les smartphones, tablettes et autres appareils connectés sont utilisés comme second écran de manière systématique. La majorité de la génération Y utilise un appareil connecté en regardant la TV.

Nous le savons, l’impact du cross canal est indéniable de nos jours. De nombreuses études dont ad-exchange.fr fait souvent écho attestent ces changements de comportement qui font qu’un téléspectateur a son attention partagée entre l’écran télé, son smartphone, sa tablette. Aux marques désormais de prendre en compte cet usage tous azimuts pour mieux communiquer avec ces prospects et clients. Quelles solutions YuMe propose pour les aider ?

Nous observons effectivement une fragmentation des écrans, à la fois cause et conséquence de la fragmentation du contenu. Une famille qui regarde un programme unique sur la TV va aussi visionner de multiples contenus sur 3,6 écrans en moyenne par foyer. Du fait de cette double fragmentation, d’écrans et de contenus, les annonceurs perdent une partie de leur audience. Et YuMe les aide à retrouver cette audience sur le digital au travers d’outils technologiques est de ciblages très avancés. YuMe permet ainsi de diffuser la publicité à la bonne cible, au bon moment, sur le bon écran.

 YuMe_capture

YuMe fournit des solutions de ciblage et d’analyse d’audience et de création de campagnes vidéo aux annonceurs sur tous les écrans, tout en proposant des solutions de monétisation aux éditeurs. Quelle est votre principale force pour un annonceur ? Comment travaillez-vous ? Et pour l’éditeur ?

La principale force de YuMe réside dans la compréhension du multi-écrans. Nous avons 10 ans d’expérience que nous avons mis à profit notamment pour développer des outils technologiques extrêmement performants. La qualité de diffusion, l’innovation des formats, les ciblages avancés, l’analyse en temps réel et l’optimisation automatique nous permettent d’apporter un vrai plus sur le marché français. Auprès des éditeurs, là aussi la technologie est un élément clé. Notre SDK propriétaire s’intègre très facilement sur Web & mobile et permet à l’éditeur de diffuser instantanément nos campagnes et de remonter des informations sur l’audience, son profil et ses performances.

Votre PDG, Jayant Kadambi, a récemment annoncé que YuMe compte bien proposer cette année des offres en programmatique qui s’appuieront sur vos plateformes existantes. Pouvez-vous nous en dire plus ? Ces offres seront-elles disponibles en France ?

Nous avons lancé Video Reach (lire ici), notre offre programmatique, le 10 mars 2014 aux Etats-Unis. Cette offre n’est pas encore disponible en Europe mais nous travaillons en étroite collaboration avec les trading desks, DSP et les éditeurs européens afin de solidifier notre offre en Europe pour un lancement en 2014.

Vous venez d’assumer la direction d’YuMe France. Dans un communiqué vous nous avez laissé entendre que vous comptez bien aider les annonceurs à relever le défi du multi-écrans. Comment comptez-vous le faire ?

Notre expérience internationale nous aide à comprendre les enjeux essentiels pour les marques. YuMe travaille aux Etats-Unis avec plus de 60 des Top 100 annonceurs TV. Nous avons aidé ces marques à prendre le virage du multi-écrans grâce à nos études et nos outils de ciblage, proche des réflexions TV. Le multiscreen reach calculator, que nous lançons en France le 4 juin, va nous permettre d’apporter l’information qu’il manque aujourd’hui aux annonceurs en mesurant le reach incrémental du multi-écrans sur leurs campagnes TV.

Les revenus d’YuMe ont enregistré une croissance de 29% en 2013 pour atteindre $ 151,1 millions, ses clients annonceurs et éditeurs sont passés de 449 à 550. L’entreprise projetterait pour 2014 des revenus avoisinant les $ 200 millions, dont une partie importante devrait venir du programmatique, selon ce qui espère son directeur administratif et financier Tim Larhy. En France quelles sont les performances d’YuMe ? Combien de clients ? Quel développement d’activité ?

La progression de YuMe est spectaculaire depuis notre arrivée sur le marché français, en 2012. Nos chiffres sont confidentiels mais nous sommes en progression constante. Nous envisageons d’ailleurs de recruter plusieurs talents d’ici la fin de l’année afin d’accompagner le développement de YuMe en France.

Propos recueillis par LUL