Ad-Exchange, analyses et expertise technique AdTech et MarTech
Brand safety Fraude Mobile

Mobile : La fraude publicitaire in-app sur-estimée ?

Partager sur Linkedin

mobile

D’après de récentes études, la publicité in-app serait plus touchée par la fraude que les autres formes de marketing mobile. Pourtant, un rapport de Protected Media indique que la publicité in-app est en réalité soumise à beaucoup moins de tentatives de fraude que sur le web mobile.

Une fraude plus courante sur le web mobile que sur l’in-app

Selon l’entreprise spécialiste de la sécurité numérique, au cours du 2e semestre de 2019, la publicité diffusée dans les applications a en effet enregistré 25% de tentatives de fraude de moins que la publicité affichée sur le Web mobile. En outre, les résultats d’une analyse de 40 Md d’impressions sur 10 DSP et exchanges mobile révèlent que les fraudes impliquant des robots et des virus conçus pour simuler l’activité des utilisateurs étaient 74% moins fréquentes dans l’environnement in-app que sur le web mobile. Et cette tendance se confirme avec d’autres exemples de fraude publicitaire mobile tels que l’ad stacking (ou l’empilement d’annonces) qui se produit 85 % moins souvent dans le cadre de la publicité in-app ou encore le tunneled traffic, méthode utilisée par les fraudeurs pour cacher la géolocalisation des utilisateurs en masquant l’adresse IP, 32% moins utilisée au sein des applications.

Un environnement in-app qui fait l’objet d’attaques de malwares

Comptant un nombre important d’utilisateurs, les applications mobiles populaires telles que les app sociales sont les plus ciblées par les fraudeurs mais aussi par les virus et autres programmes malveillants. Facebook Messenger et YouTube ont notamment joué un rôle déterminant dans la propagation de Digmine, un bot de minage de crypto-monnaie. L’exécution du malware était involontairement déclenchée par les clics des utilisateurs sur les annonces.
Chaque année, la cybercriminalité liée aux médias sociaux génèrerait 3,25 Md$ de revenus.

Qu’il s’agisse de fraude ou de malwares sur web mobile ou sur application, la sécurité doit être renforcée sur mobile afin d’assurer la brand safety des annonceurs qui misent beaucoup sur ce device. En octobre 2018, les acheteurs allouaient notamment près de la moitié (45%) de leurs budgets digitaux au mobile, qu’ils répartissaient à part quasi-égale entre les achats média sur le web mobile et les applications intégrées (source : Forrester).

Stéphanie Silo, d’après Mediapost

Laisser un commentaire

Tom Ratecard Cookieless