Interview exclusive de Cyril Zimmerman, CEO Hi-Media, sur le lancement de l’offre E-mail RTB et les perspectives 2013

janvier 7, 2013

Ad Exchange zimmermanCyril Zimmerman, CEO d’Hi-Media, revient sur le marché des Ad Exchanges et détaille les nouveautés et les perspectives du groupe.

 

Bonjour Cyril, vous avez récemment lancé une nouvelle offre en étendant votre Adexchange sur un nouveau type d’inventaires, pouvez-vous nous en dire plus ?

En 2012, nous avons réorganisé notre métier de régie digitale en 4 pôles : la régie Opérations Spéciales, la régie mobile Mobvious, la régie vidéo Plein Ecran et Hi Media ad eXchange. Au sein du pôle ad Exchange nous mettons à disposition en RTB tous les inventaires standardisés. Nous avons bien sûr commencé par le display fin 2011, et prolonger notre démarche en 2013 par  l’email constitue  une suite logique. L’innovation repose sur l’utilisation du RTB(Enchères en temps réel) pour les publicités par email. Tous nos partenaires éditeurs et annonceurs se retrouvent à acheter  et vendre impression par impression, internaute par internaute. Sur ce nouveau canal de livraison, le jeu des enchères se produit à l’ouverture du mail.

 

Pourquoi  la newsletter et l’email ?

Ce sont des leviers qui sont compliqués à monétiser et optimiser pour les éditeurs. Ils sont cependant sous –estimés en terme d’efficacité.

Tout d’abord en termes de temps d’exposition : la durée moyenne d’exposition d’ une campagne email est de 28s quand celle d’une campagne display est en moyenne de 8s. Cela nous rapproche des campagnes en télé qui sont de 30s.

Ensuite en terme d’engagement, les taux de clics et conversions sont entre 10 et 20 fois plus élevés que sur le display avec mécaniquement des taux de conversions POST CLIC qui le sont également.

Enfin,  la moitié du temps passé sur le mobile est consacré à ses mails ou emails – cela créée donc de vraies synergies avec les activités mobiles de notre régie  MOBVIOUS  en créant des inventaires publicitaires supplémentaires. Ces synergies sont encore plus fortes lorsque nous prenons en compte que tous ces inventaires seront des supports potentiels de diffusion vidéo sur tous les terminaux compatibles HTML5 ce qui contribuera à alimenter notre régie vidéo PLEIN ECRAN.

 

Quels sont les publishers disponibles et dans quel pays ?

Aujourd’hui la plupart des éditeurs en régie ont choisi de nous suivre sur ce nouveau produit. Nous avons déjà plus de 10M d’adresses disponibles en France quelques semaines après le lancement, et le réseau d’éditeurs partenaires s’agrandit de jour en jour.

Cette proposition innovante  semble également avoir du succès auprès d’éditeurs externes que nous sommes ravis d’accueillir afin de créer la place de marché la plus attractive et efficiente qui soit. Nous nous positionnons clairement comme un facilitateur de transaction, comme un fournisseur de service. Notre offre s’adresse donc à tous les publishers désireux de monétiser leur Newsletters.

Nous pouvons même aller plus loin dans l’accompagnement de nos éditeurs en les aidant à recruter des inscrits à leurs newsletter, ou en créant les newsletter pour eux automatiquement grâce aux technologies Webfetch, ou enfin en gérant les envois et en les monétisant via notre adexchange.

Concernant la couverture géographique, nous sommes actuellement présent dans 9 pays en Europe et proposons donc cette offre sur l’ensemble de ces pays.

 

Comment un annonceur peut-il y accéder ?

Comme sur notre Ad eXchange Display, il y a deux moyens d’y avoir accès aujourd’hui. Le premier étant bien évident l’utilisation d’un DSP ( INVITE, APPNEXUS , TURN etc…). Le second étant de contacter directement nos équipes commerciales qui se feront un plaisir d’accompagner, en totale transparence, tous les clients sur ces nouveaux leviers.

 

Quels sont les avantages de ces leviers vs le display ?

Comme je le disais précédemment les temps d’exposition mais surtout l’engagement est bien plus important sur ce levier.

L’ Europe est un marché sur lequel des modèles types CPC ou CPL représentent une part importante des investissements. L’avènement des places de marchés et de la mise en compétition des campagnes rend cependant beaucoup plus complexe la livraison de ces modèles qui ne génèrent parfois pas des ECPM assez compétitif.

Les options qu’ils restent à l’annonceur ou à son agence sont de trouver un moyen d’augmenter les taux de clics et les taux de conversions. Cela passe soit par des stratégies d’achat basées sur du ciblage ( reciblage comportemental, sémantique, thématique) soit par un levier plus engagement – comme l’email.

 

Quelles surprises nous reservez vous pour 2013 ?

Coté éditeurs, 2013 sera rythmée par le déploiement de nouvelles solutions dédiées à la maximisation des revenus. L’analytique et la statistique prendra également de plus en plus de place au sein de notre fonctionnement.

Coté annonceur, notre offre Ad eXchange est aujourd’hui la seule en Europe à ne plus faire de clivage entre branding et performance et propose également les formats rich media en RTB. Nous avons encore de nouveaux produits qui sont actuellement en Beta test et qui verront le jour en cours d’année.

 

Merci Cyril, et bon vent en 2013 !

 

AM

 

Partager sur :