FBX : Facebook ouvre l’accès de son ad-exchange à AOL et laisse toujours Google devant la porte

février 28, 2013

AOL_MB_Canv_1C_1_MasterAdvertising.com, filiale d’AOL rejoint la dizaine de DSP et retargeters (Turn, Criteo, Appnexus, Mediamath, Rocketfuel, IgnitionOne…) déjà connectés à Facebook Exchange depuis 2012. Il s’agit d’un renfort de poids qui permettra aux clients d’AOL d’accéder à l’inventaire de FBX. Pendant ce temps, Google se ronge les ongles et patiente, patiente, patiente devant la porte en espérant qu’elle s’ouvre un jour. Maintenant c’est clair, Facebook ouvre l’inventaire de son ad-exchange à tout le monde, sauf Google. La raison n’est pas tout à fait claire. Certes Microsoft est un actionnaire minoritaire de Facebook qui vient de lui racheter Atlas.

Aujourd’hui, le géant Publicis semble très affaibli par la situation. En effet, l’entreprise parisienne a fait le choix (malheureux) de la technologie de Google (Doubleclick Bid Manager, ex Invite Media) pour opérer ses activités RTB. Les clients de Publicis ne peuvent donc pas accéder à FBX. Même si le « kick back » de Google pour ce genre de partenariat peut représenter plusieurs millions d’euros. C’est indéniablement un frein qui pénalise les annonceurs. Maurice Levy l’a bien compris et serait en discussion avec Sheryl Sandberg, la COO de Facebook selon nos confrères de Ad Age.

Revenons-en à AOL qui est l’acteur le plus important à avoir rejoint FBX. Advertising.com génère plus de 600 M$ de revenus, bien au-dessus de tous les autres acteurs jusqu’ici présents. Nombreux sont les clients qui intègrent Facebook dans les appels d’offres de leurs campagnes. Il s’agit maintenant d’un choix pour les annonceurs de préférer AOL à Google, qui lui n’a pas la possibilité de faire du reciblage sur Facebook. D’ailleurs avec ce succès sur le desktop, une question se pose, quand Facebook va-t-il ouvrir son ad-exchange aux campagnes mobiles ? Patience.

 

Partager sur :