Blocage de publicités en hausse : $ 21,8 Mrds de manque à gagner

août 13, 2015

PageFair-Adobe_openLe nombre d’utilisateurs de logiciels servant à bloquer les publicités sur le web dans le monde a bondi de 41% le second trimestre 2015 comparé à il y a un an. En Europe, cette hausse a été de 35%, avec 77 millions d’utilisateurs actifs de ces solutions par mois. Aux Etats-Unis, l’évolution a été encore plus sensible, de 48%. PageFair et Adobe ont ainsi actualisé leur évaluation au sujet de l’utilisation de solutions de blocage de publicité et du manque à gagner que cela représente pour les éditeurs, évalué à $ 21,8 Mrds cette année, soit 14% des budgets globaux affectés à la publicité, et à $ 41,4 Mrds l’année prochaine.

Au sein de l’Europe, la Grèce et la Pologne sont les pays affichant les taux les plus élevés d’internautes utilisant des logiciels de blocage de publicités, avec 36,7% et 34,9%, dans l’ordre. En France, ce taux reste encore timide, de 10,4%. La hausse la plus importante observée de cet usage a eu lieu au Royaume-Uni (+82% en une année).

PageFair_Adobe_ad blocking europe

Toujours selon ce rapport intitulé The cost of ad blocking, le blocage des publicités deviendra une pratique aussi au sein d’appareils mobiles avec l’arrivée de cette option au sein des systèmes iOS9 prévue cet automne. Jusqu’à présent, le blocage publicitaire sur mobile – resté relativement marginal (38%) comparé au temps de navigation réalisée sur mobile – passait majoritairement par les navigateurs Chrome et Firefox. L’option sur Safari viendra ainsi développer le blocage publicitaire sur mobile, selon ce rapport.

Qui bloque ?

Le rapport ne se contente pas de mesurer les dégâts. Il cherche à cerner les audiences les plus susceptibles d’avoir recours aux logiciels de blocage de publicité : elles sont majoritairement masculines, jeunes et initiées en technologie. De même, les visiteurs de sites de jeux sont les plus susceptibles de bloquer des publicités. Les moins susceptibles sont ceux qui visitent des sites traitant de questions de santé, de charité et d’informations officielles ou légales.

Pour essayer de comprendre qu’est-ce qui motive l’adoption d’une telle solution, les auteurs du rapport ont interrogé 400 Américains. Voici les raisons les plus susceptibles de les pousser à avoir recours à un logiciel de blocage publicitaire :

– une mauvaise utilisation de leurs données personnelles est de loin la cause la plus évoquée ;

– une augmentation du nombre de publicités affichées (notamment pour ceux âgés entre 18 et 34 ans) ;

– très loin derrière, une incapacité des marketeurs à proposer des publicités bien ciblées.

 

Cliquez ici pour accéder au rapport.

LUL

 

(Images : The cost of ad blocking, PageFair et Adobe.)

Partager sur :