Adblocking : les plus gros annonceurs mondiaux réagissent

juin 7, 2016

WFA_open

La récente étude de PageFair faisant état d’une croissance exponentielle de l’adoption de logiciels de blocage publicitaire, cette fois-ci sur environnement mobile (lire notre article) n’a pas tardé à susciter des réactions fortes de l’industrie. La Fédération mondiale d’annonceurs (WFA), basée à Bruxelles, qui réunit les plus importants poids-lourds à l’origine de 90% des budgets marketing mondiaux, soit $ 700 milliards annuellement, l’a déclaré : « les marques ont entendu (et compris) le message clair et fort », sous-entendu le message des consommateurs qui ne veulent plus être exposés aux publicités.

Mais que vont-ils faire ? Sans doute pour l’instant réfléchir… à une une expérience publicitaire qui cesse de décevoir les consommateurs mais aussi à une manière peut-être plus claire et convaincante de leur expliquer que la publicité sert à financer leur propre environnement en ligne. « Les annonceurs payent WFA_aperçu annonceurs IIpour les informations, le contenu, les cartes, et les plateformes de messagerie et de réseaux sociaux mais les personnes ne font pas le lien », rappelle le communiqué de la WFA.

L’organisme « appelle l’industrie à réagir » et « envisage » un programme à trois volets incluant la création de standards internationaux pour la publicité en ligne qui reflètent ce que les consommateurs souhaitent voir (mais.. justement ils ne le souhaitent plus !). Ces standards « permettront aux consommateurs d’établir clairement leurs préférences pour les publicités qu’ils veulent voir ».

Chaque action devrait ainsi avoir en vue l’expérience du consommateur comme principale préoccupation, soutien l’organe. La WFA informe travailler avec des acteurs de l’industrie pour identifier des données précises au sujet de formats, de fréquences et de volumes de publicités que les personnes n’acceptent plus. Par ailleurs, un groupe de travail, voire « une large coalition » sera créée aussi avec des publishers en vue d’adopter des décisions coordonnées au niveau mondial.

« En tant qu’industrie nous devons nous concentrer à créer des contenus qui soient authentiques et qui fassent sens pour les consommateurs et qui suscite le dialogue, des créations qui mettent en valeur au lieu de détruire l’expérience des utilisateurs en ligne », déclare Luis di Como, vice-président senior de médias au niveau mondial à Unilever et membre du comité exécutif de la WFA. « Nous avons l’ambition de créer un milliard de relations en one-to-one avec nos consommateurs en leur fournissant des expériences de marque positives. »

Luciana Uchôa-Lefebvre

(Images issues de wfanet.org, dont un petit aperçu des annonceurs membres de la WFA.)

Partager sur :
  • 67
    Partages