Adblocking : les internautes français veulent une publicité de qualité et moins intrusive (étude)

mars 3, 2016

CSA_adblocking_open

C’est au tour de l’Institut CSA maintenant de s’emparer du sujet des ad blockers pour l’analyser. Tant mieux, car cela se passe en France et l’étude propose des solutions constructives.

L’enquête met le doigt là où ça fait mal à la fois du côté des marketeurs, en attirant l’attention au constat « d’une expérience utilisateur online dégradée par la publicité », et du côté des utilisateurs d’ad blockers qui semblent ignorer complètement le lien direct qui existe entre la pub et le contenu gratuit qu’ils consomment à profusion tous les jours en ligne.

« L’étude révèle que l’impact économique réel de l’adblocking n’est pas perçu. Les internautes sont peu conscients spontanément du manque à gagner pour les sites. Ils ne l’envisagent que dans un deuxième temps et en minorent significativement l’impact », indique le communiqué présentant les principaux résultats de l’enquête réalisée entre décembre 2015 et janvier dernier et dévoilée hier.

Aujourd’hui en France, 1 internaute sur 4 a un dispositif d’adblocking. 83% des interviewés se disent irrités par la pub en ligne (comparés à 79% pour la pub à la radio et 75% à la télé). Les formats sont jugés de plus en plus intrusifs, notamment les fenêtres pop-up et les interstitiels, « objets de toutes les crispations ».

CSA_adblocking_conseilNew deal

Pour casser cette dynamique d’adoption de logiciels bloqueurs de publicité, l’institut va jusqu’à proposer une sorte de « new deal » entre annonceurs et utilisateurs dont l’élément central est une publicité plus qualitative, moins intrusive et plus personnalisée et où l’utilisateur devient maître, choisissant et non subissant l’expérience à vivre.

« L’étude révèle que 21% des adblockers se déclarent tout à fait prêts à renoncer à ce dispositif si les annonceurs signent une charte de qualité et de responsabilité, et 23% des internautes seraient tout à fait d’accord pour ne pas installer d’adblocker. »

Plus encore, indique l’étude, 46% des internautes renonceraient à installer un adblocker à condition de pouvoir fermer la publicité dès l’ouverture de celle-ci grâce à un bouton ; 26%, à condition d’avoir le son de la publicité désactivé par défaut et 27%, à condition d’avoir la possibilité de limiter le nombre de publicités diffusées par jour.

Plus de détails sont données dans l’infographie ci-dessous.

opi20160131-infographie-adblocking-la-necessite-d-un-new-deal

Luciana Uchôa-Lefebvre

(Images : Institut CSA.)

Partager sur :
  • 24
    Partages